2003 - Le grand artiste Georges Yatridès inspire le réalisateur Stanley Kubrick pour la réalisation du film culte "2001: l'Odyssée de l'Espace"

 

Cliquez sur l'image pour télécharger le PDF.

20031111-analyse-Kubrick_Yatrides

Lire le contenu

Analyse

Aujourd’hui, le monolithe YATRIDES est reconnu par des universités, historiens, sémiologues depuis plus de 20 ans et aujourd’hui dans NOripcord Film Reviews : 2001 : a space odyssey.

Le professeur Jack GOOD de l’université d'Oxford est cité par Keir DULLEA sur un DVD spécifique « Qu’y a-t-il au-delà ? » sur le thème théologique qu'un DIEU est « plus ou moins une conscience immortelle imprégnant la totalité de l’essence universelle », ainsi que des revues de film de NOripcord : « Le mystérieux monolithe noir, accompagné par des fragments du Requiem de György Ligeti », apparaît en évidence dans toutes les parties du film et facilite simultanément le sens du mystère et paradoxalement le principe du film.  L'interaction de l'objet façonné avec précision,  avec l'humanité première, suggère habilement la présence perpétuelle de l'intelligence de l'au-delà monitrice/maître de l’activité humaine. Par conséquent, en raison de cette omniprésence implicite, Kubrick évoque intentionnellement un polythéisme ou l'existence de dieux multiples, opposée aux traditions du christianisme monothéisme ; le directeur se concentre plutôt sur un Dieu comme source de formes de vie supérieure.

Peut-être le plus compréhensible selon cette ‘théorie’ est la vision complète du film de Kubrick, qui au fond favorise le concept de Dieu, mais pas selon la terminologie théocratique littérale : seulement avec un objet façonné - ce qui réfute toutes les suggestions imagées, réalistes, d’une vie extraterrestre.  Ceci oriente, met à jour l'imagination théologique et ses piliers et encourage à davantage de recherche. (Grant Phipps. 27 août 2009).

[...] (ndlr: Suivent une dizaine de lignes qui analysent les ‘’différents rouages qui caractérisent sa présence fondamentale dans le film où Dieu est représenté par une race de vie plus élevée’’).

Cette analyse est exactement ce que représente le tableau de Yatridès ‘Christ, Leica et orange’ dans  lequel le monolithe noir, se substitut à la croix pour porter le Christ immolé, le Christ sur une plaque qui représente une entité extraterrestre, l’appareil photo LEICA, l’objet que les spationautes dans le film utilisent et qui fait que le monolithe transmet ses nouvelles instructions 4 millions d'années après les premières.

 

 

2013 © YatridesArts.com - Tous droits réservés.