A propos

Le site YatridesArts.com a pour vocation de présenter l'oeuvre de Georges Yatridès dans toute sa grandeur. Souvent confronté à la reproduction frauduleuse de ses oeuvres (l'Office Central de lutte contre le trafic des Biens Culturels recense environ 140 faux sur le marché de l'art) ce site vise à rétablir l'authenticité de son oeuvre et de sa personne.

Né en 1931 , certains l'ont cru mort ou disparu. Ce site existe pour montrer à la planète qu'il est toujours vivant et continue, inlassablement de créer, depuis son atelier.

Artiste peintre méconnu dans son pays d'origine, la France, car toujours hors des sentiers battus du monde très fermé de l'art il a su se créer une réputation exceptionnelle en Amérique du Nord et au Japon. Ses toiles ont battu des records dans les salles de ventes et font actuellement partie des plus grandes collections privées mondiales. Certains l'ont comparé à Léonard de Vinci ou Picasso sur sa grandeur et son talent.

Ce site présente ainsi les références médiatiques attestant de sa réputation ainsi que certaines de ses oeuvres potentiellement disponibles pour des collectionneurs avertis ou amateurs de son art. Vous y trouverez également la possibilité de vous procurer des livres de grande qualité retraçant sa vie et son art.

Ce site n'est pas un site biographique et laisse volontairement la place à l'image et au multimédia.

Pour toute description détaillée de la vie de Georges Yatridès, n'hésitez pas à aller visiter www.yatrides.com qui constitue une analyse sémiotique très complète sur le fond et la forme de l'oeuvre et de la vie de ce grand peintre contemporain ou www.yatrides.org dédiée à l'authentification de l'oeuvre de ce grand artiste contemporain par la Direction Générale des Impôts française.

Lorsque j'ai rencontré ce peintre et sa personnalité toujours surprenante je lui ai demandé pourquoi cela l'intéressait qu'un site soit créé sur sa personne et son oeuvre. La réponse en image.

 

Transcription de l'interview

Bruno Roche: Georges Yatridès, aujourd’hui vous avez décidé de revenir sur la scène en utilisant des moyens de communication modernes, notamment l’Internet. Que pensez-vous que vont vous apporter ces nouvelles technologies? C’est une démarche peu courante pour un peintre.

Georges Yatridès: Tout à fait. Quoique certainement d’autres y ont pensé. Je pense que – je vais être orgueilleux – c’est ce que je vais amener aux autres, je pense. Pour moi, faire apparaitre à ceux qui ont estimé mon travail - moi aussi un peu - mes aventures, tout ce que j’ai pu faire avec d’autres qui m’ont vu disparaitre, réapparaitre pour eux, ca me fait vraiment plaisir, je suis content. Maintenant, de passer sur l’Internet, c’est montrer que j’ai continué à travailler simplement en isolement, mais ce qui a servi à créer du vrai, c’est-à-dire sans être influencé par mon environnement, ni influencé par le côté marchand de mon travail.

Donc, je suis content de revenir d’abord pour montrer à tous ceux qui ont aimé mon métier, qui continuent à apprécier ce qu’ils ont chez eux de moi, des souvenirs qu’ils ont pu avoir du personnage que je suis, je suis content de revenir leur montrer que j’existe, que je subsiste et surtout que j’ai travaillé pendant tout le silence dans lequel ils m’ont perdu. Je me suis retiré égoïstement, puisque j’en avais les moyens grâce à mon métier – j’ai eu des moyens que beaucoup ne peuvent pas avoir – j’ai pu passer mon temps à améliorer encore la vision que j’ai du monde, améliorer tout ce qui m’a été donné par un créateur, s’il existe, pour que j’aboutisse dans mes recherches. Et je suis content d’être revenu. Maintenant, moi, je suis content mais je pense que ceux qui me connaissent pas, eux aussi, connaissent mon travail. Comme ca ils pourront apprécier la différence qu’il y a d’un peintre qui peut faire travailler la couleur du plus foncé au plus clair, ce qui aujourd’hui n’est pas maitrisable pour les autres, ils n’ont pas le métier pour cela. J’en reviens à ce que je disais tout à l’heure: arriver à moduler un orange du plus foncé au plus clair sans passer par le brun, moi je le peux. Et avec le jaune citron, pareil, je peux le dégrader du noir le plus intense avec quelques pigments jaunes dedans et passer au jaune le plus pâle sans passer par les verts [NdlA: Ceci sans que cela soit réalisé chimiquement ou physiquement en superpositions transparentes]. C’est un moyen que sans être expert en peinture, tout le monde peut apprécier à travers l’image d’Internet parce que les images sont précises et belles, simplement [NdlA : du fait des fréquences réelles des couleurs que je crée qui gardent leur fréquence intrinsèque dans toute confrontation avec la lumière en partant de l’obscurité complète jusqu’à l’exposition maximale la plus pale, lumière éblouissante. C’est le seul moyen d’exprimer totalement une image qui puisse dominer le temps commun]. Voilà, c’est une réponse simple [NdlA : en soulignant toutefois, que ce qui est clair n’est pas  simple].

Note de Bruno Roche : "Maître Yatridès est en effet capable dans ses tableaux de réaliser des dégradés d'une pureté immédiatement reconaissable, disons à partir du noir, y inclure une couleur claire comme l'orange ou le jaune et les amener au plus clair de leur teinte sans passer par le brun en ce qui concerne l'orange, et par le vert en ce qui concerne le jaune; ceci est une prouesse qu'il démontre chimiquement sur la toile; en précisant qu'avec un procédé physique matériel, si l'on superpose deux plaques transparentes dont l'une comporterait une couleur noir du plus foncé au plus clair (c'est à dire gris clair) et une autre qui comporterait du jaune ou de l'orange, couleurs elles-mêmes dégradées, on obtient obligatoirement des verts ou des bruns.

Cela engendre la libération de la lumière qui n'est plus simplement assujettie à son rôle de mise en valeur des volumes ce qu'elle obtient par contraste avec l'ombre ainsi créée. Apparaissent alors deux graphismes différents, le premier étant le graphisme qui crée les volumes par son seul trait et un deuxième graphisme qui correspond au cheminement de la lumière. 

En effet, Yatridès a pu démontrer au C.E.N.G. en 1972 sa théorie d'une nouvelle propriété de la lumière issue de certaines phases d'incandescence de différents corps solides et son influence dans divers domaine dont celui du temps (au sens chronologique du terme).

Paul Perroud, spécialiste éminent, Doctor of Knowledge, Doctor of Philosophy at Berkeley, Directeur des Bureaux d'Application Spéciale de la physique au C.E.N.G. qui a su d'emblée reconnaître la valeur scientifique des découvertes de Yatridès, lui a mis à disposition une équipe de chercheurs au C.E.N.G. et a ainsi permis à celui-ci d'obtenir des brevets agréés par le Washington D.C. Patent office (1974).

Dans les toiles de Yartidès il semblerait que chaque grain de couleur claire, protégé par une guangue résineuse, ne se mélange pas aux noirs d'où ils émergent progressivement pour atteindre une quantité suffisante qui les distingue complètement du noir et les amène à leur teinte principale. C'est ainsi que les peintres modernes ayant compris les erreurs des peintres classiques concernant les résonnances lumineuses sont restés dans les teintes claires. Yatridès lui, s'affranchit de cette contrainte, ce qui détermine de nombreux évènements picturaux."

 

2013 © YatridesArts.com - Tous droits réservés.